La vedette de la semaine: La lotte (la queue de la baudroie)

Aujourd'hui on vous propose des recettes afin de vous faire découvrir la queue de la Baudroie commune. C'est définitivement un produit à découvrir pour les raisons suivantes:


- Sa texture ressemble énormément à celle du poulet;

- sa chair est ferme et versatile;

- son goût rappelle celui de la morue lorsqu'elle est grillée;

- cuit vapeur ou pochée, la lotte peut faire penser au homard;

- c'est un poisson santé: seulement 68 cal par 100 g et 18% de protéines et riche en oméga 3;

- son prix ici est abordable. En Europe c'est un produit de luxe étant donné sa rareté;

- elle est facile à cuisiner!

C'est mon collègue, Stéphane Fillion qui m'a parlé d'utiliser ce poisson en fondue et j'ai trouvé l'idée géniale...d'où la rédaction de cette chronique aujourd'hui. En effet, les caractéristiques de ce poisson s'y prêtent vraiment bien: Il suffit simplement d'y dédier un bouillon afin d'éviter de mélanger viandes et poissons.


Voici quelques recettes qui pourraient vous inspirer:


Rôti de Lotte terre & mer

Brochette de lotte par Ricardo

Lotte braisée


Certes notre vedette cette semaine est possiblement un des poissons les plus laids qui soit.

Tout droit sortie d'un film d'horreur, la baudroie fascine et nourrit l'imaginaire, et ce, depuis le XIX ième siècle. Son apparence suffirait à elle seule à faire parler d'elle, mais c'est la sexualité déviante des espèces abyssales de cet ordre qui attire l'attention de plusieurs scientifiques. Nous y reviendrons bientôt.


'' Le nom vernaculaire baudroie [bodʀwa] désigne d'une part la Baudroie commune et d'autre part plusieurs espèces de poissons marins appartenant, pour la majorité d'entre eux, à la famille des lophiidés.


La queue de ce poisson est aussi appelée lotte. Cependant, le terme lotte peut être source de confusion, car il désigne tantôt un poisson d'eau douce, la lotte de rivière, tantôt la queue de la baudroie.''


Cette espèce est aussi appelée poissons-pêcheur puisque le premier rayon de leur première nageoire dorsale est une longue épine libre, très mobile et pourvue à son extrémité d’un lambeau de peau faisant office d’appât pour attirer les proies.


Pour écrire ce texte, je dois bien entendu lire sur mon sujet et si j'avais su, j'aurais écrit cette chronique un 14 février sur fond de Piaf (Je t'ai dans la peau). Les baudroies abyssales sont vraiment captivantes. Le mâle est substantiellement plus petit que la femelle et leur rituel d'accouplement est vraiment unique en son genre!


"Lorsqu’un mâle trouve une femelle, une tâche apparemment impossible dans le vaste espace des profondeurs de la mer, il mord son corps, les tissus et les systèmes circulatoires des deux fusionnent, et il est nourri par les nutriments reçus grâce à son sang",


Le mâle profite ainsi de sa conjointe pour survivre. "Le mâle devient un "parasite sexuel", dépendant pour le restant de ses jours et incapable de se libérer, fertilisant les œufs produits par la femelle". Le couple est si fusionnel, que les deux individus finissent par ne plus former qu’un seul et unique organisme: "Le mâle perd complètement son individualité et le couple devient un organisme individuel fonctionnel".

Nous sommes ici en présence d'un amour des plus fusionnel ;-)


Références:

https://www.maxisciences.com

https://fr.wikipedia.org/wiki/Baudroie

https://www.nationalgeographic.fr


92 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout